On retrouve souvent l’idée que les personnes toxiques sont malsaines ou manipulatrices, ce qui est faux. En réalité, tout le monde peut être toxique pour son entourage.

Par exemple, une personne peut être généreuse, mais avoir des comportements toxiques qui empoisonnent ses relations.

C’est pourquoi on parlera de comportements toxiques plutôt que de personnes toxiques.

Qu’est-ce qu’un comportement toxique ?

Un comportement toxique désigne le fait d’introduire un sentiment négatif chez l’autre comme la frustration ou encore un sentiment de dévalorisation. Dans la majorité des cas, les personnes qui ont des comportements toxiques ne s’en rendent pas compte.

Je me permets d’attirer votre attention sur un point : nous avons tous des comportements susceptibles d’être perçus comme toxiques.

Ce qui est important c’est la fréquence de ces comportements.

Par exemple, si vous coupez fréquemment la parole lorsqu’une personne parle, alors vous avez un comportement toxique. Les comportements toxiques génèrent progressivement une certaine forme de rejet chez les autres. C’est donc important d’apprendre à les réduire.

5 comportements toxiques à réduire pour augmenter son intelligence sociale

Il existe de nombreux comportements toxiques, cependant je me suis focalisé sur les 5 principaux qui me semblaient importants.

Commençons.

1. Ramener tout à soi

Certaines personnes ont tendance à tout ramener à elles-mêmes et sont constamment en quête de reconnaissance. Il est important de noter que c’est naturel de chercher une certaine forme de reconnaissance, mais encore une fois c’est une question de fréquence.

Si vous avez cette tendance, alors vous êtes à l’opposé de l‘intelligence sociale, car vous n’adoptez pas une attitude d’écoute active et sincère. L’écoute est l’un des plus beaux cadeaux que vous pouvez faire à votre interlocuteur.

C’est pourquoi j’ai mis ce comportement toxique en première position ! D’ailleurs, dans cet article, je parle uniquement des comportements toxiques à réduire chez vous. On verra par la suite comment gérer les personnes qui ramènent tout à eux.

Conseil pratique : essayer impérativement de varier le “Je-Tu”. C’est-à-dire de s’intéresser sincèrement à l’autre, mais sans vous oublier. Ce n’est pas toujours simple, parfois ça demande un vrai contrôle de soi.

2. Avoir des jugements rigides

Les personnes qui ont des opinions rigides donnent l’impression d’un manque d’ouverture d’esprit. Or, l’ouverture d’esprit est un trait de personnalité valorisé socialement qu’on relie souvent à l’intelligence.

Autrement dit, évitez au maximum les jugements de valeur et la surgénéralisation ou encore de tenir une opinion dans un domaine dans lequel vous n’êtes pas expert. Récemment, une personne m’a demandé ce que je faisais dans la vie, j’ai répondu “chercheur en psychologie” et elle a répliqué :

“Mais la psychologie n’est pas une science !”

On peut se tromper ou avoir des opinions erronées, ça arrive et ce n’est pas grave. Le problème ici est plutôt de répondre par une affirmation. Ce genre d’attitude génère rapidement de la frustration chez votre interlocuteur surtout si vous ne la connaissiez pas avant.

Bref, vous devez éviter tous types d’affirmations ou encore de vous amuser à provoquer. Vous ne gagnerez rien à part des retours négatifs.

Conseil pratique : appropriez-vous les jugements en utilisant le “je” afin de montrer que c’est votre opinion et que vous ne faites pas de généraliser.

Par exemple, voici une bonne réplique :

J‘avais l’impression que la psychologie n’était pas une science

Utiliser le mot “impression” permet d’insérer une prise de recul dans votre croyance. On peut utiliser également le verbe “penser”.

Je pensais que la psychologie n’était pas une science

Dans les deux derniers exemples, l’utilisation du passé marque une prise de distance avec nos croyances et surtout qu’on laisse la place au doute.

Mais on peut également utiliser le présent si on invite la personne à échanger sur ce sujet. Cela montre une ouverture d’esprit.

Pour moi, la psychologie n’est pas une science, mais je serai intéressé d’en discuter

Un autre exemple qui peut rapidement agacer :

Les ordinateurs Apple sont les meilleurs

On va préférer :

Je préfère les ordinateurs Apple, car je les trouve plus performants

C’est un petit geste, mais qui change tout.

3. Monopoliser la conversation.

Il y a rien d’anormal à monopoliser la parole. Cela devient un problème quand vous la monopolisez constamment, alors il y a de fortes chances que vous soyez toxique et qu’on n’ose pas vous le dire.

Monopoliser la parole peut donner l’impression à votre interlocuteur que ce que vous avez à dire est plus important que ce qu’il a à dire.

Conseil pratique : il est impératif de bien gérer son temps de parole et d’apprendre à écouter l’autre. Tentez de respecter un ratio de 50% de temps de parole.

Question : si la personne n’a pas grand-chose à dire ?

Réponse : c’est que vous ne posez pas les bonnes questions et que vous avez mal observé !

Ramener tout à soi et monopoliser la parole vont souvent de pair. Les personnes qui parlent beaucoup parlent plus souvent d’eux. Mais pas toujours, on a les personnes qui aiment parler toujours des autres.

4. Insister pour avoir raison.

Dans un débat, nous avons souvent tendance à vouloir avoir raison et il y a rien de plus normal que de défendre son point de vue.

L’erreur est de trop insister pour avoir raison ce qui peut donner l’impression que vous êtes de mauvaise foi ou que vous êtes têtu. C’est encore une fois un signe d’un manque d’ouverture d’esprit.  Avoir une bonne intelligence sociale, c’est savoir accepter les désaccords et comprendre le point de vue de l’autre.

Par exemple, que voyez-vous ?

Comprendre l'autre - intelligence sociale

Un canard ou un lapin ?

En fonction du contexte, de notre expérience on est susceptible de percevoir les évènements sous des différents angles.

Parfois, il est plus enrichissant de comprendre le point de vue l’autre et ce qui l’a amené à adopter ce positionnement.

5. Donner des conseils non souhaités.

Souvent on se permet de donner des conseils alors que la personne ne nous a rien demandé. Étrangement, même si vous êtes en position d’écoute cela peut être vécu comme une agression. Prenons un exemple :

Tu devrais quitter ton travail vu que tu ne l’aimes plus

Ce conseil est trop direct et a probablement déjà été considéré par votre interlocuteur ! On va préférer :

As-tu envisagé de quitter ton travail ?

Proposer un conseil sous forme de question est plus facilement acceptable.

N’oubliez pas que c’est uniquement si la personne n’a pas demandé votre avis.

Pour terminer.

Vous venez de découvrir les principaux comportements toxiques à éviter pour améliorer la qualité de vos relations. Bien évidemment, il en existe beaucoup d’autres que je développerai par la suite, c’est déjà super si vous travaillez sur ces 5 points  !

Si vous avez reconnu le comportement de certaines personnes de votre entourage, n’hésitez pas à partager cet article ! Parfois juste en lisant la liste des comportements toxiques, on s’en rend compte !

Crédits photo : ©Antonio Guillemet – Shutterstock